Guides de Chamonix

Mont Blanc Ski et Guide Compagnie
Partager sur FaceBook Twitter

Yvon Masino

Né le 1er novembre 1940 à Chamonix, Yvon a développé dés son jeune âge des aptitudes physiques et sportives orientées tout d’abord vers le ski.

Il entre au Club des Sports de Chamonix en section ski alpin puis en ski de saut où il participe aux différentes compétitions régionales, nationales puis internationales avec ses amis Philipe Devouassoux, Guy Mollier, Robert Rey, Jean Mandrillon et Jean Prost en équipe de France.
Dés 1957, la montagne l’attire et commencent ses premières expériences dans le Massif du Mt Blanc. Premiers frissons aussi pour sa famille.
En 1958, il passe le capacitaire qui ouvre la voie au monitorat de ski, puis en 1959 l’aspirant-guide, il sort major de sa promotion et il intègre dés l’automne la Cie des guides de Chamonix.
De 1960 à 1962, il est appelé au service militaire dans les chasseurs alpins à l’EMHM, puis en Algérie à Tikjda où il retrouve ses amis chamoniards, Jean-Pierre Devouassoux, Roland Ravanel, Jean-jacques Franchino et Daniel Mollier. Ensemble, ils réalisent plusieurs escalades dans la région dont la directe de la Petite Aiguille de Thaltatt (la main du Juif) avec Roland Ravanel et Daniel Minetto puis durant ce service, il est sélectionné pour un stage d’escalade dans le massif du Hoggar où il ouvre de belles voies.
En 1963, retour à la vie civile et début de sa carrière professionnelle, il achève ses formations de moniteur de ski puis celle de guide en 1964. Il fait partie de la promotion de la tragédie de l’Aiguille Verte le 7 juillet 1964 où 14 guides et amis trouvent la mort lors de l’ascension par l’arête des Grands-Montets. Ce drame anéantit le monde de l’alpinisme, puisque disparaissent ses compagnons et amis Charles Bozon (champion du Monde), Xavier Cretton, Maurice Simond, René Novel, Jean-Louis Jond, Jean Bouvier et Michel Leroy parmi d’autres.

A la demande d’Armand Charlet, professeur maître à l’ENSA, il intègre le corps professoral. Durant ces années fortes, il réalise toutes les grandes classiques du Massif du Mt Blanc. Avec une équipe de jeunes guides, Gérard Devouassoux, Georges Payot, Marc Martinetti, Christian Mollier, Jean-Marie Germain et Jean Paul Fréchin, ils relancèrent les grandes courses engagées en amateur :
- en 1962 : Eperon Walker aux Grandes Jorasses.
- en 1964 : première hivernale de la Face nord des Drus. Et la face Nord des droites par la voie Cornuault-Davaille.

Puis l’Elbrouz au Caucase, l’éperon Croz aux Grandes Jorasses, le pilier Bonatti et la face ouest des Drus.

Les expéditions en Himalaya suivront naturellement avec Maurice Gicquel, Jean-paul Vion, Maurice Cretton, Raymond Renaud, Jean Coudray, Yves Pollet-Villard, Gérard Devouassoux et Georges Payot :
- en 1970 : Pic Sud de l’Annapurna,
- en 1972 : Pumori face sud,
- en 1975 : Nanda Devi en traversée,
- en 1978 : pilier ouest du Dhaulagiri.

Les saisons s’enchaînent, professeur guide à l’ENSA l’été, il encadre et forme les futurs guides pendant 18 ans. Il avait un besoin immense de partager son savoir et ses expériences auprès de ses stagiaires ou clients, il était un formateur.
Guide complet, Yvon se sentait à l’aise partout, ses qualités de glaciériste étaient particulièrement reconnues. Il sera également conseiller technique dans la fabrique familiale de matériel de montagne « Charlet-Moser » où il fera évoluer le matériel (piolets et crampons).
Il assure aussi à tour de rôle les permanences de secours en montagne. De nombreux sauvetages engagés sont à son actif, dont celui très médiatisé des allemands dans la face ouest des Drus en août 1966 avec ses compagnons Yves Pollet Villard, Gérard Devouassoux et Marcel Burnet.

Pendant l’hiver, il est moniteur de ski à l’ESF de Chamonix et devient en 1966, le premier entraîneur professionnel de la section ski alpin, grâce au mécène Mr Aumas, poste qu’il occupera avec passion pendant 15 ans. Plusieurs jeunes membres de la section atteindront le niveau international pour sa plus grande joie.
Parallèlement, il gardait un esprit compétiteur et participa plusieurs fois aux finales du Challenge des Moniteurs et gagna même la coupe du classement de la régularité grâce à ses performances.
Au-delà de ses qualités sportives évoquées, ses qualités humaines faisaient l’unanimité. Il était apprécié par sa gentillesse, sa discrétion, sa modestie. Il faisait de grandes et belles courses pour la montagne elle-même et non pas pour l’exploit médiatique.

L’affection qu’il vouait à sa famille était immense, il était aussi un copain franc et désintéréssé.
Il aimait plus que tout, après de belles courses en montagne ou en ski, faire la fête avec ses copains. Les 3ème mi-temps ont été un temps fort de sa vie. Ses retours en voiture resteront dans les annales…
Yvon a disparu le 3 août 1982 à 42 ans dans le massif du Pic du Midi d’Ossau dans les Pyrenées en venant en aide à une cordée de stagiaires.
Il laissait Benjamin son fils, Marie-jane, sa compagne, sa famille, ses collègues et son entourage dans un grand vide.

Sa mémoire demeure intacte et l’hommage que nous lui rendons aujourd’hui réchauffe le cœur de tous ceux qui l’ont cotoyé et aimé.

MAISON DE LA MONTAGNE

190 place de l'Eglise
F 74400 CHAMONIX

+33 (0)4 50 53 00 88
info@chamonix-guides.com