Skip to main content
Photo principale
Les premiers guides - Compagnie des guides de Chamonix
Descriptif

L’histoire de la Compagnie des Guides, en lien étroit avec l’invention de l’alpinisme, est illustrée et commentée de manière régulière sur la page Instagram des 200 ans.

La première grande étape, avant même la conquête du Mont-Blanc, est la genèse du métier de guide. (référence à l'article "Le guide au fil des temps").

Jusqu'à la moitié du 18ème siècle, les chasseurs de chamois et les cristalliers étaient les seuls qui s'aventuraient en montagne, plus loin que les zones de pâturages. Ces hommes vont apparaître comme les prototypes du guide. Le rapport utilitaire qu’ils entretiennent avec la montagne développe en eux, habileté, expérience et sureté, qualités acquises par la pratique. Les techniques d'alpinisme naissent peu à peu afin d'atteindre des zones escarpées bien avant que « l'alpinisme » proprement dit n'existe.

Vallée de Chamonix 18eme siecle

Vue de la vallée depuis le Lavancher dessiné par François Jalabert et gravé par Christian Geissler, 1777. Il s'agit d'une des premières représentations réalistes de la vallée de Chamonix.

_

Mais le métier de guide est indissociable du tourisme. Et l'histoire retient le nom de Windham et Pococke qui visitèrent pendant 3 jours la vallée en juin 1741. Ils faisaient partie d'une expédition de 8 voyageurs qui venaient de Genève. Il fallait 3 jours pour se rendre à la vallée de Chamonix, sur laquelle peu d'informations circulent. Leur excursion avait pour but le plaisir de la vue des montagnes, mais aussi la curiosité scientifique. Ils ont été conduit au Montenvers par des montagnards locaux pour voir et toucher les glaciers.

L'expression « Mer de Glace » est due à leur récit dont voici quelques extraits : "Il faut s'imaginer le lac agité d'une grosse bise et gelée tout d'un coup." "sur le glacier, tous nos guides nous assuraient que les fentes changent continuellement et que toute la glacière a un certain mouvement."

Mer de Glace 18eme siecle

Cette image a été créée par Marc-Théodore Bourrit, peintre et dessinateur genevois. Celui-ci a beaucoup contribué à populariser Chamonix et la Mer de Glace.

_

Cette expédition eut à l'époque un grand retentissement. C'est une période où le regard que les hommes portent sur le monde change et où la curiosité pour les montagnes grandit. Le récit de leur voyage attire très vite d'autres visiteurs et fait naître un engouement pour Chamonix et ses Glaciers qui fera le tour de l'Europe. Les montagnards locaux mettent peu à peu leurs compétences au service de certains visiteurs désireux de s'aventurer hors des sentiers battus et de mettre pied sur un glacier. Et si à la même époque, dans d'autres régions des Alpes, il existait déjà des guides, la plupart étaient des guides de cols et de sentiers, pas encore des guides de glacier.

L'année d'après, une deuxième expédition voit un scientifique Genevois Pierre Martel se rendre à Chamonix accompagné d'autres collègues et de multiples instruments. Il laissera lui aussi un récit dans lequel sont évoqués plusieurs sommets et notamment le mont Blanc « qui passe pour être la plus haute des Glacières et peut-être des Alpes ». Il décrit également la grotte de l'Arveyron comme « un spectacle autant admirable qu'extraordinaire ».

Mais c’est surtout De Saussure qui fera émerger le métier de guide. Notable Genevois et scientifique multiple, il se rend à Chamonix pour la 1ère fois en 1760. Chamonix est pour lui "un monde nouveau, une espèce de paradis terrestre, renfermé par une divinité bienfaisante dans l'enceinte de ces montagnes". Il rêve du Mont Blanc et promet une récompense considérable à celui qui découvrira le chemin pour le sommet et décide même de "payer les journées de ceux qui feraient des tentatives infructueuses".

Mont Blanc 18eme siecle

Il entreprend pour ses expériences scientifiques une exploration du massif à l'aide de guides qu'il embauche de façon régulière et pour lesquels il fixe un salaire. Dans ses récits, il cite plusieurs guides desquels il loue les qualités : Pierre SIMOND, les frères François et Michel PACCARD, Pierre BOYON, Jean CACHAT, Victor TISSAY, etc. Son témoignage à propos des guides est l'occasion d'anecdotes où l'on voit que ceux-ci maîtrisaient bien des techniques et fréquentaient ces zones reculées à la recherche de cristaux ou minerai.

A partir de 1760, De Saussure explore méthodiquement et patiemment le Mont Blanc à la recherche de nouveaux points de vues ou d'incursions glaciaires : Le Brévent, les Aiguilles Rouges, le mont Buet, le Jardin de Talèfre, le Col du Géant (où il passera 18 jours), le tour du Mont-Blanc qu'il fera 4 fois. Plus que tout, De Saussure rêve de monter à la cime du Mont Blanc pour mener à bien ses expériences scientifiques, chose qu'il fera en 1787 après de multiples tentatives (mais nous le verrons dans un prochain article). Nul doute que sa volonté et la récompense promise ont accéléré le rythme des explorations et le cours de l'histoire. Et la statue érigée en son honneur au centre de Chamonix un siècle plus tard en 1887 où est inscrit "À H.B. De Saussure, Chamonix reconnaissant" n'en est que le plus visible témoignage.

De Saussure Chamonix

Image tirée du livre "Chamonix 1897" publié par les Amis du Vieux Chamonix. Sur celle-ci l'on voit la statue érigée 10 ans auparavant. Aujourd'hui encore, cette statue est une des photos les plus classiques de Chamonix. Elle représente Jacques Balmat qui montre à De Saussure la voie pour accéder au sommet du mont Blanc.

_

Par ses écrits, De Saussure transmet la beauté des paysages mais aussi vante les mérites de ses guides. A cet époque, l’émergence d’œuvres artistiques sur la haute-montagne permettent la découverte et la diffusion de ce monde d’en haut. Jean-Antoine Linck est un des premiers artistes à donner, par l'image, l'accès à la haute montagne. Son atelier est installé à Genève et il est un acteur essentiel de la diffusion des images de la vallée de Chamonix à la fin du 18ème siècle et au début du 19ème siècle.

A suivre ... 

 

Dans l'article "La conquête du Mont Blanc", nous vous raconterons l'histoire de sa première tentative sérieuse en 1775, jusqu’à la réussite tant attendu en 1786. L'exploit fait grand bruit, une activité et un métier sont nés. Puis vient le développement du tourisme et la démocratisation de l’alpinisme, dont l’influence sur la vallée et ses habitants continue à se faire ressentir.

Submitted on 04/17/2020 in Histoire.

Photos & videos

Galerie photos